Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le nouveau gouvernement centrafricain de transition a été dévoilé lundi. 20 ministres dont 7 femmes et 3 membres de l'ex-Séléka ont été nommés.

Le nouveau gouvernement centrafricain de transition a été dévoilé lundi. 20 ministres dont 7 femmes et 3 membres de l'ex-Séléka ont été nommés.

La nouvelle chef de l'État centrafricaine de la transition, Catherine Samba-Panza, souhaitait former un gouvernement resserré composé de technocrates. Pari, en partie, gagné. L'équipe dirigée par André Nzapayéké, ancien vice-président de la BDEAC, compte 20 membres dont 7 femmes.

Sa composition a été l'occasion d'intenses négociations. Après avoir exigée le poste de Premier ministre, l'ex-Séléka a ainsi tout fait pour obtenir celui de la Défense. C'est le général Thomas Théophile Timangoa qui a été nommé. Cet ancien chef de la garde présidentielle de Bozizé, il s'était rapproché de Michel Djotodia peu avant sa démission forcée. Ce dernier l'avait même promu "général de brigade". Un autre militaire sera en charge du ministère de la Sécurité.

La plupart des postes-clés, occupés auparavant par des membres de l'ancienne rébellion, reviennent à des techniciens. Isabelle Gaudeuille est nommée garde des Sceaux, chargée de la réforme judiciaire et des droits de l’homme ; Toussaint Kongo Doudou, ministre des Affaires étrangères ; Olivier Malibangar ministre des Mines et Florence Limbio, une ancien de la BEAC (Banque des États d'afrique centrale), à l'Économie et au plan.

Djono nouvel homme fort de la Séléka ?

Catherine Samba-Panza et André Nzapayéké ont cependant maintenu plusieurs ministres d'État de l'ancien gouvernement, comme Marie Noëlle Andé-Koyara, ancienne de la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture), qui conserve son poste de ministre du Développement durable. Aristide Sokambi qui, en tant que ministre de l’Administration du territoire, de la décentralisation et régionalisation, aura notamment à charge de préparer l'organisation des prochaines élections.

Trois ministres issus de la Séléka font également partie de la nouvelle équipe. Herbert Gontran Djono Ahaba (ex-ministre d'État aux Mines),neveu de Michel Djotodia, est lui nommé aux Travaux publics, Arnaud Djoubaye Abazène, frère cadet de Djotodia, est quant à lui maintenu au poste de ministre des Transports. Enfin, Abdallah Hassan Khadre, un rallié de la dernière heure, passe du ministère de l'Économie et du plan à celui des Postes et télécommunications.

Le maintien de Djono est critiqué par certains défenseurs des droits de l'homme. "La présence de l'un des hommes les plus proches de Djotodia est une insulte aux victimes de la Séléka", estime l'un d'eux.

La mouvance anti-balaka n'obtient quant à elle qu'un seul ministère, celui de la Jeunesse, des sports, des arts et de la culture, où est nommé Léopold Narcisse Bara.

Antoinette Montaigne, élue UMP (Union pour la majorité présidentielle) déléguée à la coopération décentralisée et conseillère municipale de Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne), a été nommée ministre de la Communication. Elle possède la double nationalité française et centrafricaine.

Une partie l'opposition démocratique regroupée au sein de l'Alliance des forces démocratiques pour la transition (AFDT) a refusé d'intégrer le gouvernement. Cette alliance présidée par Martin Ziguélé, l'un des favoris à la prochaine présidentielle, souhaitait que l'un de ses représentants soit nommé Premier ministre.

La liste du nouveau gouvernement :

Ministre d’État chargé des Travaux publics, de l’Urbanisme, de l’Habitat et des édifices publics : M. Herbert Gontran Djono Ahaba

Ministre d’État en charge du Développement Rural : Mme Marie Noëlle Andé-Koyara

Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, chargé de la Réforme Judiciaire et des Droits de l’Homme : Mme Isabelle Gaudeuille

Ministre des Affaires Étrangères, de l’Intégration Africaine et de la Francophonie : M. Toussaint Kongo Doudou

Ministre de la Défense nationale, chargé de la reconstruction des armées, des anciens combattants, des victimes de guerre et du DDR : le général d’Armée Thomas Théophile Tchimangoa

Ministre chargé de l’Administration du Territoire, de la décentralisation et régionalisation : Me Aristide Sokambi

Ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération Internationale, chargé des Pôles de Développement : Mme Florence Limbio

Ministre de la Sécurité Publique, de l’Émigration-Immigration : Colonel Wangao Kizimalé

Ministre des Finances et du Budget : M. Rémi Yakoro

Ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Hydraulique : M. Olivier Malibangar

Ministre de l’Économie Forestière, de l’Environnement et du Tourisme : M. Hyacinthe Touhouyé

Ministre de la Santé Publique, des Affaires Sociales et de l’Action Humanitaire : Docteur Marguerite Samba

Ministre de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique : Mme Gisèle Bedan

Ministre de la Communication et de la Réconciliation Nationale : Mme Antoinette Montaigne née Moussa

Ministre des Postes et Télécommunications chargé des Nouvelles Technologies : M. Abdallah Kadre Hassan

Ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Sécurité Sociale et de l’Émploi : M. Eloi Anguimaté

Ministre des Transports et de l’Aviation Civile : M. Arnaud Djoubaye Abazène (Séléka)

Ministre du Commerce, de l’industrie, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises : Mme Gertrude Zouta

Ministre chargé du Secrétariat du gouvernement et des relations avec les institutions : M. Gaston Mackouzangba

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :