Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Guinée : les mutilations génitales féminines sont encore pratiquées.

Dans de nombreuses cultures, l'excision est considérée comme un rite de purification et d'initiation. En cette période de vacances scolaires, les jeunes filles continuent de subir l’excision en Guinée. Ce rite de passage fait accéder les jeunes filles au rang de jeunes femmes. L’excision qui consiste à retirer le clitoris et les petites lèvres.

Malgré la ratification de la République de Guinée à de nombreux textes internationaux dont les objectifs traitent entre autres de la lutte contre l’excision, les mutilations génitales féminines sont encore pratiquées sur de fillettes, d’adolescentes ou de femmes adultes.

Il y a lieu de rappeler que le Code de l’Enfant Guinéen (Loi L/2008/011/AN du 19 Août 2008) prévoit des peines contre les mutilations génitales féminines dans les articles 407 à 409 : « Article 407 : Quiconque par des méthodes traditionnelles ou modernes aura pratiqué ou favorisé les mutilations génitales féminines ou y aura participé, se rend coupable de violences volontaires sur la personne de l’excisée. Tout acte de cette nature est puni d’un emprisonnement de 3 mois à 2 ans et d’une amende de 300.000 à 1.000.000 de francs guinéens ou de l’une de ces deux peines seulement. Les ascendants ou toute autre personne ayant autorité sur l’Enfant ou en ayant la garde qui auront autorisé la mutilation génitale féminine seront punis des mêmes peines que les auteurs. Article 408 : Si la mutilation génitale féminine a entrainé une infirmité, le ou les auteurs seront punis de la réclusion criminelle de 5 à 10 ans et d’une amende de 1.000.000 à 3.000.000 de francs guinéens. Article 409 : Si la mort de l’Enfant s’en est suivie, le ou les auteurs seront punis de la réclusion criminelle à temps de 5 à 20 ans. »

Toutefois, les excisées sont touchées dans leur chair et dans leur esprit pour toujours. Lors de l’excision, certaines décèdent des suites du choc, de la douleur ou d’une hémorragie. Il a été constaté que des fillettes souffrent d’infections internes, de stérilité ou de dysfonctionnements rénaux. Mariée, la jeune fille a des relations intimes douloureuses avec leur mari et des complications plus fréquentes lors du travail et de l'accouchement.

Partager cet article

Repost 0